Retour accueil - Logo Lo Blog de La Félixe

Observés depuis les Landes, les potins des photographes, graphistes, webmasters, marketeurs, arrosés d'écologie, saupoudrés de partage, de solidarité et d'éthique.

Fermer

Abonnez-vous à Lo Blog et téléchargez gratuitement le petit bouquin 'Les mots étranges des petits mondes du marketing, du Web, du graphisme, de la photo et de la communication.'


 

En validant ce formulaire, vous accptez que votre adresse email soit ajoutée à notre base de données afin de recevoir des offres spéciales et lettres d'information. Cette base est interne à La Félixe et ne sera jamais cédée ou revendue à des tiers. Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous écrivant à contact AT lafelixe POINT com

Faut-il encore souhaiter une bonne année ?

Publiée le 16-12-2016      

Source/Infos : www.lafelixe.com

Partager sur Facebook Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Partager sur Viadeo Partager sur Twitter

Vous savez, ces cartes de vœux qui commencent à se bousculer dès la mi-décembre jusqu'à mi-janvier. Sous forme papier, objet cadeaux ou numérique par courriel (au passage, pas forcément plus écologique), plus ou moins originales ou convenues, est-ce vraiment bien rentable ?
Le terme peut paraître choquant pour des vœux. Mais ne faisons pas l'autruche, c'est un pur sujet marketing. A la différence des vœux de Tatie Raymonde, qui souhaite sincèrement que l'année future vous soit bonne, votre banquier espère surtout qu'elle soit bonne pour lui, même s'il a cru bon d'appuyer sa démarche avec un calendrier.
'Allez, voilà la râleuse de service ! C'est sympa les vœux, c'est convivial !'
Oui c'est vrai, toutes les agences marketing les plébiscitent. Ça donne une image polie, respectueuse de la clientèle, attentive, bien encrée dans la durée. Ça permet d'entretenir la fidélisation et de se rappeler au bon souvenir de quelques prospects. Mais voilà, ça coûte. Ça coûte soit de l'argent, soit du temps, voir même les deux. Le retour sur investissement est-il à la hauteur ?

Pour cet article, afin de vous donner des infos vraiment utiles, j'ai cherché des études sur le sujet, sur un taux de ROI. Et bien, nada ! Rien de sérieux ni de récent. Le seul chiffre trouvé date de 2011 et concerne uniquement des vœux papier : 39$ de gain pour 1$ dépensé. Cela semble à priori pas mal, mais rien d'actuel sur ces milliards de courriels qui vont direct dans la poubelle à spam, sur ces millions de cartes à peine lues aussitôt jetées, sur ces milliers d'objets inutiles planqués dans un tiroir (si on les garde). A défaut de statistique sérieuse, je vais vous livrer mon avis (oui, j'adoooore ça, donner mon avis ;) )


image

Dans notre société de surabondance et de trop plein, pour avoir un réel impact il faut se démarquer. Si vous tenez à souhaiter la bonne année à vos clients, tout d'abord il faut être sincère et bien les connaître, pour adapter votre message à leurs attentes. Quitte à dépenser temps et argent, optez pour un support et/ou un contenu original, personnalisé et en rapport avec votre activité. Inutile d'envoyer vos voeux à la terre entière, une minorité se sentira concernée par ce que vous faite. Sélectionnez soigneusement vos correspondants. Trouvez l'idée qui fera qu'on se souviendra de votre geste.
Par exemple, pour une de mes clients, je suis en train d'étudier une solution de cadeau en double publicité, d'un coût à l'unité certes élevé mais à tout petite échelle.

Oui ça prend du temps, oui il faut s'y prendre à l'avance. L'idéal serait de travailler ses vœux début septembre, comme une bonne résolution de rentrée après les grandes vacances.



Pour ma part, avant je faisais, depuis plusieurs années je ne fais plus. Pas par conviction, mais plutôt par incertitude et surtout manque de disponibilité pour le faire bien. Et puis les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés, ne faisons pas mentir l'adage.

Alors je profite de ce billet pour vous souhaiter à tous de super fêtes, de super vacances, de super affaires pour ceux qui font leur chiffre à Noël, et une super pêche pour nous retrouver en 2017, Lo Blog faisant la trêve des confiseurs à partir de tout de suite.



Commentaires (2)

Par Sam, le 16/12/2016 à 18:47

Je ne suis pas d'accord. Les courriels c'est quand même plus écologiques que les lettres qui font couper des arbres et consommer du gazoil.

Par Nicole LF, le 16/12/2016 à 19:06

Bonjour Sam,

Ce n'est pas si évident. Pour les arbres, la pâte à papier est désormais issue de forêts gérées durablement, du moins en Europe de l'Ouest. Et le gazoil pour l'acheminement du courrier doit être mis en balance avec l'énergie nécessaire aux équipements informatiques pour le courriel : votre ordinateur, celui du destinataire, les serveurs, les routeurs, l'entretien du réseau, le stockage des données, etc. Selon une étude qui date déjà de 2011, en moyenne, un email représente 25wh, soit une ampoule de 60w pendant 25mn, soit 6g de pétrole, soit 20g de dégagement de CO2. A raison de 20 courriels par jour, pendant un an on consomme l'équivalent de 1000 km en voiture. Plus d'infos sur http://www.arobase.org/ecole/email-ecolo.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible.
Je m'inscris à la newsletter

2 + 7 =