Retour accueil - Logo Lo Blog de La Félixe

Observés depuis les Landes, les potins des photographes, graphistes, webmasters, marketeurs, arrosés d'écologie, saupoudrés de partage, de solidarité et d'éthique.

Fermer

Abonnez-vous à Lo Blog et téléchargez gratuitement le petit bouquin 'Les mots étranges des petits mondes du marketing, du Web, du graphisme, de la photo et de la communication.'


 

En validant ce formulaire, vous accptez que votre adresse email soit ajoutée à notre base de données afin de recevoir des offres spéciales et lettres d'information. Cette base est interne à La Félixe et ne sera jamais cédée ou revendue à des tiers. Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en nous écrivant à contact AT lafelixe POINT com

ALTERNATIF ou ÉVOLUTIF ?

Publiée le 28-09-2016      

Partager sur Facebook Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Partager sur Viadeo Partager sur Twitter

ALTERNATIBA Bassin d'Arcachon c'était samedi, c'est fini. Si vous n'y étiez pas, vous avez raté un événement valant son pesant de cacahuètes. Allo quoi. . . un Alternatiba, okeye, mais au Bassin d'Arcachon, quoi ! The Bassin ?


image

C'est que quand j'ai commencé à avoir les idées vertes, au milieu des années 80, les écolos passaient pour des êtres étranges, à peine humains, se nourrissant de galettes en polystyrène, ne sachant conduire que des combis Volkswagen, ne s'intéressant qu'au nucléaire et aux chèvres. Valait mieux pas avouer ses penchants écolos dans la bonne société sous peine de ne pas être pris au sérieux.

Maintenant, c'est presque l'inverse. Ça fait hype d'être DD (comprenez Développement Durable, ce qui, au passage, est un oxymore anti-écologiste, mais bon. . ) . Chacun connaît maintenant assez bien les enjeux futurs. Les grandes surfaces Bio se multiplient et les maisons bois ne font plus rigoler les voisins.
Que s'est-il passé entre ces deux périodes, ou plutôt ces 10 dernières années ? Bon d'accord, les moins stupides ont bien compris que le changement climatique commençait à donner chaud aux fesses.


image

Mais ça ne suffit pas à expliquer cette vague de fond d'opinions 'alternatives', en train d'enfler et de s'étendre sous des tas de formes et d’appellations différentes. Alternatiba, écofestivals, éco-hameaux, oasis, jardins partagés, potagers en ville, permaculture, écoconstruction, repair-cafés, recycleries. . . non, j'arrête, la liste est trop longue.

Alors quoi ? La grosse différence entre les 80's et maintenant : la médiatisation, la circulation de l'information. C'est maintenant un lieu commun de dire qu'Internet, puis les téléphones mobiles, puis les réseaux sociaux ont bouleversé notre façon d'être informés.

Du coup, les grands médias classiques ont pris le train en marche. Documentaires, reportages au 20h passent à la TV sur les chaînes de grande écoute. Journaux et magazines de tous poils remplissent leurs pages d'articles éco-friendly. Il y a eu un avant et un après film 'Demain'. Ça fait un peu sourire, car ces nouveaux acteurs annoncent des choses connues depuis des décennies comme une découverte, mais qu'importe, l'objectif pédagogique est atteint.

Re-du coup, le monde professionnel s'y met, accompagné un chouïa par les institutions. Il y a seulement quelques mois, les entreprises ne voyaient qu'un intérêt marketing et pratiquaient le green washing sans vergogne devant un public novice. Maintenant, elles commencent à comprendre le réel apport commercial, économique et structurel. Elles sont de plus en plus sincères.
Et le parallèle de l'information dans le monde professionnel, c'est la communication. Je parle ici de monde pro au sens large, qui englobe le tissus associatif et même collectivités territoriales.

Car avant que ce petit monde d'écoresponsabilités se démocratise, il reposait essentiellement sur des structures associatives, qui sont encore largement majoritaires. Souvent des assos locales, à vision étriquée, sans budget, sans moyen, sans stratégie de communication. A force d'autarcisme primaire, certaines sont mortes, beaucoup végètent. Celles qui se sont pérennisées possède une communication d'un niveau professionnel, comme par hasard.

Oui mais voilà, de nos jours, si tu ne te développes pas, tu meurs. Et tu laisses la place à d'autres, plus communicants, plus professionnels, plus à but lucratif, peut-être moins sincères ?

L'avenir de l'évolution alternative nous le dira.



Commentaires (2)

Par Michelle, le 28/09/2016 à 12:03

Bonjour,

Nous sommes artisans en boulangerie. Nous avons dépassé la cinquantaine et notre prise de conscience est récente, mais réelle. Comme vous le dites dans votre article, probablement à cause qu'on en parle de tout cela à la TV, alors qu'avant ce n'était pas le cas. Alors si on se met à faire du pain Bio, est-ce qu'on va être étiquetés d'opportunistes ?

Par Nicole LF, le 28/09/2016 à 13:18

Bonjour Michelle,

Je suis bien d'accord avec vous, ce n'est pas parce que la prise de conscience écologique est récente qu'elle n'en est pas moins authentique.

Mon conseil serait de dire "foncez" ! Si votre envie est d'évoluer vers le bio, faite-le. Même si quelques-uns peuvent se méprendre au début et vous taxer d'opportunistes, la sincérité est toujours payante à terme. Soyez attentifs à accompagner cette démarche d'une communication adaptée.

Nicole de La Félixe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible.
Je m'inscris à la newsletter

6 + 10 =